Politique — 07 novembre 2012
Armée nationale/Ces chefs militaires dozos

Ils sont nombreux les membres des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) qui appartiennent à la confrérie des chasseurs traditionnels, les dozos.

Bamba Cheick Daniel, directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur,  échange avec un homme à l’accoutrement particulier. Ce dernier est coiffé d’un bonnet marron bordé de blanc, son costume bardé de cordelettes, d’amulettes et de cauris blancs. Cet homme n’est autre que le commandant Zackaria Koné, chef de la Police militaire. Ce 1er novembre, il prend part à la rencontre entre le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, et les chasseurs traditionnels du nord, les dozos. Et pour l’occasion, il porte sa tenue d’apparats. Son appartenance à cette confrérie  est un secret de Polichinelle. Fin janvier, il en expliquait les circonstances : «Lorsqu’il a fallu trouver un remplaçant à mon grand-père dans la confrérie des dozos, les vieux ont voulu que ce soit moi. C’est vrai que j’avais des aînés qui avaient été déjà initiés. Mais vu mon courage et mes exploits de chasseur, bien que jeune, ils ont porté leur choix sur moi. C’est ainsi que j’ai été initié. Cela fait maintenant trente-deux ans», confiait-t-il. Cela s’est passé à Vandougou, près du village de Gbéyo, avec le vieux Mogotigui Molo. Le cdt Koné est loin d’être un cas isolé. D’autres grands chefs militaires sont  des initiés dozo. Gaoussou Koné alias Jah Gao, commandant en second de la Force spéciale, témoigne : «Chez nous on est dozo de père en fils. Mon père l’était, mon grand-père aussi et au-delà de lui». Le chef du camp commando d’Abobo fait la part des choses: «Quand on est militaire, il faut pouvoir éviter l’amalgame entre cette fonction et certaines particularités qui peuvent choquer des personnes ». Il est d’autant plus conforté dans son choix qu’il estime qu’en cette période où « le nom des dozos est gâté» et qu’on les assimile à des hors-la-loi, le militaire qui incarne la République doit préserver sa neutralité. Les cdt Chérif Ousmane et Messamba Koné ont été initiés en 2002 à Bouaké par un même maître : dozo Bamba. Le Cdt Touré Moussa, marin à la retraite, est aussi un initié bien connu. Il était le commandant des opérations des ex-Forces nouvelles à Boundiali. A en croire un initiateur dont nous taisons le nom, de nombreux militaires ont reçu les secrets de la confrérie. Mais la majorité préfère vivre cette philosophie dans le secret. Pour ne pas heurter les sensibilités de ceux que les dozos horripilent.

 

Bamba K. Inza

Articles liés

Partager l'article

About Author

(0) COMMENTAIRES DES LECTEURS

Laisser un commentaire