Politique — 05 novembre 2012
Attaques répétées contre l’armée/Des taupes activement recherchées au sein des Frci

L’armée est aux trousses des taupes qui sont en liaison avec l’ennemi. Quelques personnes ont été identifiées.

Les grandes oreilles ont identifié deux espions en intelligence avec l’ennemi. Il s’agit des sergents T. Louis en service au bataillon de soutien et de commandement (Bcs) basé à l’état-major général des Frci, au Plateau et Caroline L. Cette dernière est en service au commandement des forces terrestres basé à l’ancien camp d’Akouédo et dirigé par le général de brigade Sékou Touré. Caroline est la secrétaire du com’terre adjoint, le colonel-major Gaoussou Soumahoro. Ces deux sous-officiers, selon les informations dont nous disposons, ont été cités par des militaires arrêtés et détenus à la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan (Mama) suite aux attaques répétées contre les positions des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). D’après ces officiers et sous-officiers mis aux  arrêts, Louis et Caroline font partie des taupes au sein de l’armée. Ils seraient également de connivence avec des militaires exilés au Ghana et au Liberia, impliqués dans les projets de déstabilisation du pouvoir d’Abidjan. Nos sources proches des services de renseignements généraux démontrent que les sergents suspectés ont fourni des informations sûres à des officiers exilés au Ghana. «Nous avons retracé les appels passés de leurs téléphones portables, il est établi qu’ils ont donné des informations à leurs complices hors du pays. Il n’y a pas que les deux sous-officiers incriminés. C’est un vaste réseau entretenu dans tous les corps de l’armée. Ces deux là sont beaucoup plus actifs. Nous en savons un peu plus sur leurs méthodes», explique notre informateur. Joint hier par téléphone, le sergent Louis T. a dégagé en touche les accusations portées contre lui. «Je ne comprends rien. Je ne suis ni de près ni de loin mêlé à cette histoire. Moi, je suis un chrétien. Je ne me mêle pas de ce qui ne me regarde pas. Vous comprenez, ce n’est pas moi», a coupé brutalement le sergent Louis en nous raccrochant au nez. Concernant le sergent Caroline, nous avons tenté en vain de la joindre pour prendre sa réaction.

 

Bahi K

Articles liés

Partager l'article

About Author

(0) COMMENTAIRES DES LECTEURS

Laisser un commentaire